Cameroun- Mobilisation de la finance climatique: La FAO en sapeur pompier

Cameroun- Mobilisation de la finance climatique: La FAO en sapeur pompier 3

Cameroun- Mobilisation de la finance climatique: La FAO en sapeur pompier

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa Contributions Déterminées au niveau National (CDN), le gouvernement camerounais a fortement besoin de moyens financiers conséquent. Hélas comme beaucoup d’autres pays africains dans la même situation, le pays peine à rassembler les ressources nécessaires pour atteindre les objectifs escomptés. Raison pour laquelle la FAO dans ses missions régaliennes vient au secours du gouvernement camerounais. Un atelier y relatif s’est tenu, du 08 au 09 septembre dernier. Il visait l’ enrichissement d’une note conceptuelle de projet à soumettre au Fonds Vert Climat.

Les deux rapports qui ont été examinés et validés au cours de cet atelier visaient à enrichir une note conceptuelle de projet à soumettre au Fonds Vert Climat. Elle portent sur l’étude de base, de préfaisabilité et le cadre de gestion environnementale et sociale, et sur l’évaluation des impacts sociaux et environnementaux du changement climatique sur l’agriculture.

Pour étoffer le document, les participants à cet atelier à savoir les Administrations publiques, les organisations de la société civile, les coopératives agricoles, les peuples autochtones y ont activement pris part pour parvenir à développer une note conceptuelle de projet percutante et de bonne qualité.Cameroun- Mobilisation de la finance climatique: La FAO en sapeur pompier 6

En rappel, l’accès au financement de l’action climatique à grande échelle demeure l’un des plus importants défis à relever. Une récente étude réalisée pour la semaine africaine du climat a révélé que plus de la moitié des pays de ce continent rencontraient des difficultés pour mobiliser des financements internationaux et nationaux en faveur de la lutte contre le changement climatique. Et pourtant, les deux tiers des pays ont commencé à mettre en œuvre leurs contributions déterminées au niveau national (CDN) et environ 80 % d’entre eux se sont d’ores et déjà dotés de mesures d’atténuation et d’adaptation en vue de réaliser les CDN.
Parmi les points à mettre l’accent pour booster le financement de l’action climatique, on note l’appui des gouvernements à se conformer aux exigences, aux normes et aux procédures imposées par les sources de financement, à élaborer des projets fiables. Les partenaires de développement et la communauté internationale devraient promouvoir le renforcement des capacités des institutions régionales africaines pour un meilleur accès au financement de l’action climatique.
C’est dans cette optique que la FAO accompagne le Gouvernement du Cameroun dans ses objectifs de mobilisation de la finance climatique pour la mise en œuvre de sa CDN.
Comprendre les changements climatiques
les changements climatiques sont marqués par une augmentation significative de la température et des modifications profondes dans la répartition et l’intensité des pluies. Ils ont pour corollaire, la recrudescence des phénomènes climatiques extrêmes, au premier rang desquels les inondations et les sècheresses qui affectent les conditions de vie et les capacités de production des populations, surtout en milieu rural. La production agro¬pastorale rurale étant encore largement tributaire des conditions climatiques, toute modification significative des paramètres du climat, couplée aux pratiques inadap¬tées, affecte immédiatement les capacités de production des populations. Au Cameroun, les régions du Nord et de l’Extrême-Nord sont particulièrement sensibles et vulné¬rables à ces modifications.
Tel que rappelé lors de la COP26 à Glasgow, l’agriculture a un impact significatif sur le climat, car responsable de 25% des rejets de gaz à effet de serre. D’où l’importance de promouvoir une agri-culture plus respectueuse des écosystèmes et de mieux préserver les milieux naturels.
Action de la FAO dans le domaine du climat et de l’environnement
Pour répondre aux difficultés grandissantes qui se présentent aux pays du fait des effets du changement climatique, le portefeuille de projets de la FAO s’est largement étoffé ces dernières années. Depuis 2009, ce sont plus de 300 projets et programmes qui traitent explicitement de l’adaptation au changement climatique et de l’atténuation de ses effets dans les secteurs agricoles.
Le changement climatique constitue une menace pour la sécurité alimentaire mondiale, le développement durable et l’éradication de la pauvreté. Les émissions de gaz à effet de serre (GES) découlant de l’activité humaine sont le principal facteur des changements climatiques observés. Ces actions vont de l’irrigation et de la gestion des sécheresses aux systèmes agroforestiers résilients face au climat, ceci en passant par une bonne planification et budgétisation afin de mieux s’adapter au changement climatique.
Dans cette lutte, la FAO s’appuie sur le soutien des partenaires techniques et financiers tels que le Fonds Vert pour le Climat (GCF), un nouveau fonds mondial créé pour soutenir les efforts des pays en développement afin de relever le défi du changement climatique. Ce fonds vient en aide aux pays en développement pour limiter ou réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) et s’adapter au changement climatique. Il vise à promouvoir un changement de paradigme vers un développement à faibles émissions et résilient au climat, en tenant compte des besoins des pays particulièrement vulnérables aux impacts du changement climatique.
Ainsi, ce projet Readiness comprend entre autres des activités de renforcement des capacités des institutions techniques impliquées dans la mise en œuvre des actions de lutte contre les changements climatiques au Cameroun. Il s’agit notamment de l’Observatoire National sur les Changements Climatiques (ONACC), en matière d’évaluation d’impacts de changements climatiques et de l’Institut National de la Statistique du Cameroun (INS) pour les aspects liés à la comptabilité physique et monétaire du carbone et des services écosystémiques de la forêt et de l’agriculture. Ce projet va également contribuer au développement d’un système de collecte, de traitement, d’analyse et de suivi des données climatiques et de comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l’agriculture. Enfin, le projet va évaluer les pratiques agroforestières dans la zone sahélienne du Cameroun pour identifier celles qui présentent des avantages et un potentiel probant en adaptation et atténuation des changements climatiques.

La FAO accompagne le Gouvernement du Cameroun dans ses objectifs de mobilisation de la finance climatique pour la mise en œuvre de sa CDN

Abena Jonas
Journaliste et web journaliste, directeur des publications du journal Afrikinfo.net, Température  Contact : 697608331 ( Whatsapp ) Email : [email protected] // [email protected]