juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Cameroun- Revalorisation du SMIG: La CSP de Jean Marc BIKOKO propose 100 000 FCFA

Cameroun- Revalorisation du SMIG: La CSP de Jean Marc BIKOKO propose 100 000 FCFA 1

Cameroun- Revalorisation du SMIG: La CSP de Jean Marc BIKOKO propose 100 000 FCFA

Le ministre du travail et de la sécurité sociale (MINTSS), Grégoire OWONA, a présidé ce 16 juin 2022, la réunion de consultation relative à la revalorisation du Salaire Minimum Interprofessionnel Garantie (SMIG) au Cameroun. Durant les échanges, la Centrale Syndicale du Secteur Public (CSP), estime que le Cameroun est capable de mettre la barre haute.

La volonté du gouvernement de protéger les salariés camerounais reste indéfectible. C’est sur la ligne dictée par le chef de l’État Paul BIYA, que le MINTSS a lancé les pourparlers avec les différents acteurs de la société civile, dans le but de trouver un accord sur la valeur du prix d’augmentation du Salaire Interprofessionnel Garanti qui jusqu’ici est de 36 250fcfa.

L’union des syndicats producteurs agricoles (l’USPAC), a proposé le 13 mai dernier une revalorisation du SMIG à Hauteur de 12% soit environ 40625 fcfa, qui a été considéré comme la base des négociations par Grégoire Owona. Le président de la CSP Jean Marc BIKOKO a affirmé que « les travailleurs méritent mieux et l’Etat est responsable de la sécurité sociale de chaque employé qui a besoin de nourrir sa famille face au coût de vie qui devient de plus en plus élevé. Cent mille francs c’est le minimum pour une vie au Cameroun ».

Les différents partenaires sociaux de l’État suite aux travaux de la 17ème session de la commission nationale consultative du travail tenue les 16 et 17 juillet 2014 et aux consultations récemment engagées, sont tous d’accord pour une revalorisation du SMIG camerounais, mais la question demeure à quelle pourcentage.

Pendant les échanges, le Grégoire OWONA, ne manque pas de rappeler aux différents acteurs qu’ augmenter le SMIG serait également revoir les grilles salariales de tous les travailleurs sans «discrimination au sein même de cette tranche de la population dite gagné petits ».

En effet le salaire minimum interprofessionnel garanti est un salaire en deca duquel on ne peut payer un employé sans qualification. C’est la barre à ne pas franchir quel que soit le mode de rémunération à toutes les professions et à tous les travailleurs. Le compte à rebours a commencé pour une nouvelle économie nationale.

Jean Jacques Mvondo

Abena Jonas
Journaliste et web journaliste, directeur des publications du journal Afrikinfo.net, Température  Contact : 697608331 ( Whatsapp ) Email : [email protected] // [email protected]