Six mois à la FECAFOOT : Jacques EKANI donne 9,5/10 à Samuel Eto’o

Six mois à la FECAFOOT : Jacques EKANI donne 9,5/10 à Samuel Eto’o 1

Six mois à la FECAFOOT : Jacques EKANI donne 9,5/10 à Samuel Eto’o

Six mois après son élection à la tête de la Fédération Camerounaise de Football ( FECAFOOT), une chose met tout le monde d’accord. Samuel ETO’O est l’homme de la situation. Ce n’est pas Jacques EKANI qui va dire le contraire. Celui là qui a choisi dès la campagne de miser sur le goaleador est clair. En 10 points, il dresse le bilan des actions que Samuel ETO’O a entreprises depuis décembre 2021.

Rendu à mi-parcours du premier anniversaire de son mandat à la tête de la Fecafoot, Samuel Eto’o bat les records. Il a fait en six mois ce que ses prédécesseurs n’ont pas pu faire en quatre ans voir plus de gestion de l’instance faîtière du football camerounais.

De ce fait, ses soutiens a l’instar de Jacques EKANI, ancien député jeune au parlement jeunesse et par ailleurs Président Directeur General du groupe « Belekani », depuis sa campagne jusqu’à son élection peut se gargariser d’avoir mené et continue de mener un combat juste et noble afin que le goaleador étende l’immensité de sa vision pour la bonne marche du football camerounais. Ainsi, ayant pour leitmotiv de redonner au football toute sa grandeur, avec le concours sans faille de ceux qui le soutienne, les efforts de toute la nation seront bien évidemment récompensés.
Ainsi, comme le pense Samuel Eto’o, le rythme des transformations de l’écosystème du football camerounais ne va pas faiblir. Pour Jacques EKANI, la satisfaction est grande. En six mois de gestion de la Fecafoot, le bilan se veut déjà élogieux. Tout d’abord, depuis son arrivée à la tour de Tsinga, Samuel Eto’o et ses collaborateurs ont réconcilié la famille du football camerounais. Une promesse de campagne respectée « lors de ma campagne, je m’étais engagé à apaiser les tensions dans la famille du football camerounais. Comme promis, nous l’avons fait. Ainsi, nous avons engagés des pourparlers avec les acteurs de la famille du football camerounais, notamment avec les membres de l’Assemblée générale de la Fecafoot de 2009. Les discussions ont abouti à une issue heureuse car la majorité desdits membres ont décidé de renoncer aux procédures intentées contre la Fecafoot. », Évoquait récemment l’ancien sociétaire du FC BARCELONE.
La relance des compétitions
Pour Samuel Eto’o qui place son mandat sous le signe de la transparence, ce dernier a reçu une dotation de 350 millions de FCFA pour l’organisation du championnat. Ceci provenant du Premier ministre Joseph Dion Ngute et de l’ensemble du gouvernement.
La restructuration de la fédération
Au moment où Samuel Eto’o arrive à la tête de la fédération, le personnel de la structure comptait trois mois d’arriérés de salaires. Le 13e mois de salaire, généralement payé avant les fêtes de fin d’année, était lui aussi en attente de paiement. Une situation qui à ce jour est revenu dans l’ordre car, la direction actuelle a apurée tous les arrières de salaires de 2021.
La rationalisation des ressources humaines
Depuis sa venue, le patron de la Fecafoot a contractualisé les stagiaires qui travaillaient à la Fédération pour la plupart depuis des mois, voire des années. Cette mesure a générée un accroissement de 3.900.000 de la masse salariale mensuelle. Cependant, cela a permis de donner à ces jeunes camerounais une stabilité de l’emploi et des perspectives d’avenir. Soulignons que la moyenne d’âge du personnel embauché est de 29 ans.
Le retour des sponsors
Après avoir repris langue avec les sponsors qui ont acceptés de financer les championnats locaux et les sélections nationales tels que : MTN, BOCOM, CIMENCAM, GO SPORT, SODECOTON, Samuel Eto’o a également renforcé les partenariats qui existaient déjà avec d’autres entités. Celles-ci ont accepté de revaloriser de façon substantielle leurs contributions. Il s’agit du groupe SABC, d’Orange Cameroun, de Guinness Cameroun et d’autres qui sont en cours de négociation. Soulignons d’ailleurs que le groupe SABC apportera également sa contribution financière dans le projet de construction des stades de proximité ( le tout premier sera construit dans la région du Nord-Ouest).
La nationalisation du banc de touche des Lions
A la suite de la performance mitigée des Lions Indomptables a la dernière CAN, Samuel Eto’o a décidé de prendre les devants en obtenant la nomination de Rigobert Song au poste de manager-sélectionneur de l’équipe du Cameroun. Un passage en force qui a porté ses fruits car le Cameroun a décroché son billet pour la Coupe du monde au Qatar contre toute attente.
La hausse de la subvention aux clubs d’élite
En seulement six mois, la Fecafoot a déjà alloué plus d’un milliard de FCFA de subvention aux clubs de MTN Elite One et Elite Two, et près de 80 millions de Fcfa pour la Guinness Super League. Une partie importante de cette enveloppe est dévolue aux salaires des joueurs et joueuses. Dans les détails, 575 000 000 FCFA ont été versées aux clubs d’élite One ; 182 000 000 Fcfa à ceux de l’élite Two. Environ 150 000 000 Fcfa ont été allouées pour l’hébergement des équipes. Pour ce qui concerne le football féminin, la Fecafoot a déjà débloqué 63 000 000 Fcfa et 18 000 000 Fcfa pour soutenir les clubs du championnat de première division.
Un booste dans la vie des footballeurs
Au-delà des chiffres, la Fecafoot a instauré le paiement des salaires décents et réguliers aux joueurs du championnat d’élite one. En garantissant leurs revenus, Samuel Eto’o leur a donner la possibilité d’accéder au crédit bancaire et, par conséquent, d’améliorer leur niveau de vie. Dans le même élan, il a engagé des discussions avec la direction générale de la CNPS pour assurer une retraite aux footballeurs. « Nous travaillons aussi avec les compagnies d’assurances pour assurer à la fois les employés de la federation et, plus tard, offrir une assurance maladie aux joueurs… », Indique l’ancien joueur de l’Inter de Milan.
La relance du football féminin
Il compte actuellement 12 équipes constituées de 25 joueuses chacune. La Fecafoot a décidé de soutenir le football féminin et de préserver les footballeuses en subventionnant les salaires à hauteur de 50 000 FCFA par mois et par joueuse. L’instance a également payé le solde de la subvention de la saison précédente, soit 6 500 000 FCFA, qui n’avaient pas été payé. Cela équivaut a une dotation mensuelle de 15 000 000 Fcfa par mois qui seront payées par virement sur les comptes bancaires des joueuses.
La mise en place d’une gestion rigoureuse et efficace
Les difficultés liées aux primes à verser aux Lions Indomptables ont été résolues grâce au soutien des pouvoirs publics. Samuel Eto’o et ses collaborateurs ont instauré de nouvelles procédures pour une meilleures gouvernance financière. Dorénavant, les fonds publics ne transitent plus par les comptes de la Fecafoot. Les virements sont effectués directement dans les comptes des personnes concernées. Dans un souci de rigueur et de reddition des comptes. Le boss de la Fecafoot a ordonné un audit financier et administratif de l’instance dont il en a la charge, destiné à faire un état des lieux avant de lancer les chantiers prioritaires, notamment les travaux de parachèvement de l’immeuble siège. Il a également instruit la contractualisation de tous les agents de la fédération.
Toutes choses qui laissent croire que Jacques EKANI ne mise pas sur les tonneaux vides.

JONAS ABENA FOUDA

Abena Jonas
Journaliste et web journaliste, directeur des publications du journal Afrikinfo.net, Température  Contact : 697608331 ( Whatsapp ) Email : [email protected] // [email protected]