Beach Volley – Clap de fin de la 1ere édition de l’Unity Blue

Beach Volley - Clap de fin de la 1ere édition de l’Unity Blue 1

Du 18 au 19 mai 2024, la Federation camerounaise de Volleyball a organisé au collège Johnston sports-études de Yaoundé, la première édition du Unity Blue Beach volley.

Assala 1 en juniors filles et TGV en garçons ainsi que Glory en seniors dames et conjointement Noah et Arc-en-ciel sont les grands gagnants de cette première édition de beach volley qui est rentré en gare le 19 mai 2024.

Dix équipes de triplets juniors filles et huit chez leurs alter-ego garçons ont pris part à ce tournoi pendant deux jours. Après de rencontres âprement disputées trois équipes se sont hissées sur le podium, il s’agit respectivement chez les filles de Bafia Volleyball Evolution, de l’équipe NOAH et du vainqueur Assala 1. Chez les garçons le podium se présente ainsi que suit : Mbalmayo VB, king et le champion TGV VB.

Chez les seniors dames et messieurs le podium a été conquis par Queens. Noah VB et Glory VB grande championnes tandis que chez les seniors messieurs soulignons que le podium est occupé par Phoenix, Noah vb et Arc-en ciel.

Si le prize money était de 500 000 FCFA, notons que toutes les équipes en compétition ont été primées. Une initiative du Président Julien Serge Abouem qui a la veille de la fête de l’unité du Cameroun a voulu federer et magnifier la cohésion nationale au tour du volley-ball, « le sport est par nature fédérateur et nous avons cru bon d’organiser a la veille de cette de l’unité cet unity blue beach challenge pour que nous puissions raffermir la relation entre les sportifs, pour que nos enfants que nous accompagnons au jour le jour, puissent être imprégner de l’idéal d’unité. Beaucoup d’engouements, beaucoup d’équipes et ça nous met dans un environnement où les gens ont crus que le volleyball est divisé, mais que non, la présence de ces enfants et du public massif traduit la volonté de toute la famille du volleyball de continuer à œuvrer pour le développement du volleyball et de l’unité nationale. », Renseigne, Julien Serge Abouem.

M.D.