Cameroun – Musique et danse : Bangoulap aura sa cité culturelle !

Bangoulap
Bangoulap

Des fonds y ont été levés à cet effet, le 1er mars 2018 à Yaoundé.

Selon des sources non officielles, la cagnotte a atteint la rondelette somme d’environ 30 millions de francs CFA. Inscrit dans le cadre de la préservation et la valorisation du patrimoine culturel immatériel du Cameroun, le projet de construction de la Cité Internationale de la Musique et de la Danse (Cimuda,) lancé en 2012 par la Route des Chefferies, se précise. « Le peu d’argent que nous avons récolté, nous permettra de commencer dans les prochains jours », a précisé le président de Bangoulap Tour, Jean Wandji Nkumi. Il ajoute par ailleurs qu’on « nous a offert ce soir le terrassement ».

Cimuda va se construire sur une superficie de dix hectares avec plusieurs compartiments en l’occurrence un musée, une salle de concert, un espace multimédia, un jardin sonore, une scène et bien d’autres. L’objectif est d’inventorier, sauvegarder et présenter les musiques, les danses et les instruments de musique du terroir. En effet, cette initiative découle de la volonté des rois de la région de l’Ouest. Pour sa majesté le roi de Bangoulap, « Cette cité va permettre de réunir tous que nous avons comme patrimoine matériel et immatériel non seulement de l’ouest, mais de toutes les aires culturelles du Cameroun »

Situé dans le département du Ndé chef-lieu Bangangté, le village Bangoulap est une terre de tradition artistique. La localité regorge plus de 25 danses traditionnelles. Cela se traduit par une fourchette des artistes natifs. Entre autre, le feu Pierre Tchana, Gerrard Bens, Marol Tchamba et bien d’autres. Tout ceci montre à suffisance le choix de la construction de la cité internationale de la musique et de la danse. « Il est évident qu’on ait choisi  cette terre de Bangoulap et qu’on veut valoriser ce que nous avons. Nous voulons montrer au monde entier que Bangoulap regorge nombreuses richesses culturelle(…Ndlr) et qu’on veut transmettre aux prochaines générations » indique le président de Bangoulap Tour.

Le futur édifice dédié à la musique et la danse est au four et moulin de plusieurs enjeux notamment culturels, touristiques, patrimoniaux et économiques. Pour le Roi de cette localité, « C’est un projet qui va booster le développement socio-économique de notre village ». Même son de cloche pour l’une des stars camerounaises du Makossa, Charlie Néllé qui pense que « nous avons besoin de vendre à l’extérieur. Avec ça (la cité … Ndlr) je pense que, on va revivre avec une bonne image du Cameroun ».

Quant aux mécènes, c’est avec plaisir qu’ils se portent garant d’accompagner le projet. Marie Angele Babong, chargée de la communication à la fondation les perles de Frévice déclare que « la fondation les perles de Frévice est une association humanitaire à but non lucratif. Et partout ou nous pouvons aider le Cameroun à Sortir de la précarité nous n’hésitons pas. C’est dans cet élan de vouloir développé à notre manière que nous suivons le peuple Bangoulap. »