juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Cameroun- Traitement Préventif Intermittent chez les nourrissons: La ville de SOA reçoit les premières doses

Cameroun- Traitement Préventif Intermittent chez les nourrissons: La ville de SOA reçoit les premières doses 1

Cameroun- Traitement Préventif Intermittent chez les nourrissons: La ville de SOA reçoit les premières doses

Le Cameroun de concert avec le monde entier a célébré hier, 25 avril, la journée mondiale de lutte contre le paludisme. L’occasion faisant le larron, la nouvelle stratégie de prévention contre cette maladie a été lancée à l’hôpital de district de SOA dans le département de Mefou et Afamba.

Le Cameroun est la 11ème nation avec le plus de cas de paludisme dans le monde selon le dernier classement 2021 de l’OMS. En effet, en 2021, on compte 10 353 739 personnes reçues en consultations dans les formations sanitaires, dont 4 790 474 cas suspects de paludisme, parmi lesquels 4 513 640 testés par test de diagnostic rapide ou microscopie ( taux de confirmation 94 % ). Parmi ces cas testés, 3 069 521 cas ont été déclarés positifs soit un taux d’incidence de 113 cas pour 1000 habitants. Le taux de morbidité étant proportionnel à 30 % . Dans ces chiffres, sur 1 412 362 cas classés dans les cas de paludisme grave, 33 % sont des enfants de moins de 5 ans. Pour les cas de paludisme simple, sur 1 657 159 cas, 32 % sont des enfants de moins de 5 ans. En clair, en 2021, on note 996 522 cas de paludisme confirmés chez les moins de 5 ans. Pour ce qui est de la femme enceinte, comparées à 2020, où 179 998 cas ont été testés positifs, la tendance est montée à 235 322 femmes enceintes en 2021. On note donc, au total, 3 782 décès dus au paludisme soit 2 603 chez les moins de 5 ans ( 69 % ), 46 chez les femmes soit 1,2 % .

Des chiffres qui inquiètent

Cependant, les pouvoirs publics restent confiants. Une série d’innovations est mise sur pied dans la stratégie pour tordre le cou à la maladie. Notamment, dans la lutte antivectorielle, les campagnes de distributions de masse des moustiquaires imprégnées à longue durée d’action ( MILDA ) aux femmes enceintes lors de consultations prénatales et aux nourrissons lors des services de vaccination ; pour ce qui est de la chimioprévention, le traitement Préventif Intermittent du Paludisme chez la Femme Enceinte lors des consultations prénatales.

Au cours de la célébration de cette 15ème journée de lutte contre le paludisme, la nouvelle stratégie de riposte est lancée. Selon Dorothy ACHU Secrétaire Permanent du Programme National de Lutte contre le paludisme ( PNLP), « c’est une stratégie recommandée par l’OMS depuis 2005. Juste quelques pays du monde on mis en œuvre cette stratégie. Avec le temps, nous avons vu l’impact que ça eu pour diminuer l’incidence. Donc vu le taux d’incidence qui augmente dans notre pays, nous avons besoin de toutes les stratégies nécessaires pour faire baisser cette incidence. D’où le traitement Préventif Intermittent qui nous l’espérons va diminuer d’au moins 20 à 30 % le nombre de cas chez ces enfants. Ça va aussi diminuer les cas sévères au cas où les enfants tombent malades et surtout ça va diminuer la mortalité des enfants de 05 ans ».
Le Traitement Préventif Intermittent du Paludisme chez les nourrissons ( TPIn) est engagé à l’hôpital de district de SOA en présence du Prof. Richard Ndjock, secrétaire général du Ministère de la Santé, représentant du Dr. Malachie Manaouda.

C’est donc le bébé Mfegue Eteme âgé de 10 semaines pesant moins de 5 kilo, qui est le premier nourrisson à recevoir la première dose de ce traitement. En effet, chaque nourrisson à partir de 10 semaines commence à recevoir gratuitement un comprimé de sulfadoxine pyriméthamine. Ce traitement est répété lors de chaque contact de vaccination jusqu’à l’âge de 15 mois soit 10 semaines, 14 semaines, 6 mois, 9 mois et 15 mois pour un total de 5 doses. Selon les estimations, cette intervention pourrait réduire l’incidence de paludisme chez ces enfants d’au moins 20 % dans cette partie du pays.
Cette nouvelle stratégie compte s’étendre dans d’autres districts de santé pilotes de la région du Centre entre autres, Bafia, Ngoumou, Soa, Obala, Nkolbisson pour une durée de 04 ans.

Abena Jonas
Journaliste et web journaliste, directeur des publications du journal Afrikinfo.net, Température  Contact : 697608331 ( Whatsapp ) Email : [email protected] // [email protected]