juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Cameroun-commerce agroalimentaire : les opérateurs économiques s’apprêtent à conquérir l’extérieur

président du comité d'orientation, Jacquis Kemleu Tchabgou
président du comité d'orientation, Jacquis Kemleu Tchabgou
Pour être compétitif au niveau de l’échiquier international, le Centre Technique Agroalimentaire du Cameroun Gie (CTA-Cam Gie), a ouvert le tout premier séminaire de profilage et de sensibilisation des entreprises dudit secteur agroalimentaire. C’était le 25 avril 2018 à Yaoundé.

Il s’agit dans ce processus de dire si le produit fini fait localement, peut être importé vers l’extérieur en répondant aux standards internationaux. Pour bien remplir cette mission difficile,  la tâche ne semble pas être évidente. Le CTA-Cam Gie compte asseoir une assistance technique aux entreprises du secteur agroalimentaire du pays en vue de l’amélioration le niveau de compétitivité. les outils nécessaires pour permettre une démarcation adéquate passe par l’amélioration de la qualité des produits, des procédés technologiques, l’adaptation des normes et bonnes pratiques d’hygiène et de fabrication, la veille normative, juridique et commerciale, la formation et bien d’autres procédés. Selon le président du comité d’orientation, Jacquis Kemleu Tchabgou, le matériel sophistiqué approprié pour réaliser ces tâches est encours d’acquisition.  » les premiers équipements du laboratoire de référence du Centre Technique Agroalimentaire du Cameroun ont été commandés, le fournisseur procède actuellement aux opérations d’embarquement et conformément au contrat de prestations de services, ils seront au Cameroun d’ici la fin du mois de Juin 2018  » a-t-il indiqué.
Mais, en attendant l’arrivée du laboratoire, les différentes entreprises exerçant dans le milieu agroalimentaire doivent être sensibiliser sur le bien-fondé de cet instrument.  » Il faut être capable d’évaluer techniquement la matière première des produits pour faire savoir à l’opérateur économique s’il a une capacité de pouvoir s’exporter  » a expliqué Jacquis Kemleu Tchabgou. Toujours est-il que le passage à ces premiers tests est obligatoire.  » Quoiqu’il en soit, il est prévu que les premières prestations analytiques commenceront bien avant le mois d’octobre 2018  » a-t-il précisé. Il poursuit en précisant que l’Agence Nationale de la Qualité et Normes(Anor) servira de délibérer les certificats qui ne feront l’objet d’une contestation quelconque. Car, le secteur agroalimentaire est un secteur de croissance qui permet d’engranger les devises.
A titre de rappel, parlé de produit de qualité dans le secteur agroalimentaire, exige que cet élément soit dépourvu de l’action microbienne.  » Quand vous prenez un sac, vous mettez ce fruit dans le contenant et vous le pressez. Il peut pas être un jeu de qualité  » a-t-il martelé. Pour l’heure, la direction a lancé des premières séries de formations prioritaires, concernant les bonnes pratiques de fabrication, les bonnes pratiques d’hygiène et l’introduction à la norme ISO 22 000.